Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
                                       La Voie de la Liberté

La Voie de la Liberté

Organe Central du Parti Communiste Prolétarien de Côte d'Ivoire

La stratégie et la tactique des communistes russes.

DÉFINITION DES TERMES ET OBJET DE NOTRE ETUDE

1) Les limites d'action de la stratégie et de la tactique politiques ; leur champ d'application. Si l'on reconnaît que le mouvement du prolétariat présente deux aspects, l'un objectif, l'autre subjectif, le champ d'action de la stratégie et de la tactique se trouve sans aucun doute limité au côté subjectif du mouvement. Le côté objectif, ce sont les processus de développement qui se déroulent en dehors et autour du prolétariat, indépendamment de sa volonté et de celle de son parti, processus qui, en dernière analyse, déterminent le développement de toute la société. Le côté subjectif, ce sont les processus qui se déroulent au sein du prolétariat, en reflétant dans sa conscience les processus objectifs, et qui accélèrent ou ralentissent le cours de ces derniers, mais sans les déterminer.

2) La théorie du marxisme, qui étudie au premier chef les processus objectifs dans leur développement et leur dépérissement, détermine la tendance du développement, indique la classe ou les classes qui montent inéluctablement au pouvoir ou celles qui tombent et ne peuvent manquer de tomber.

3) Le programme du marxisme, en se fondant sur les conclusions de la théorie, détermine l'objectif du mouvement de la classe montante, en l'espèce le prolétariat, pour une certaine période du développement du capitalisme ou pour toute la période capitaliste (programme minimum et programme maximum).

4) La stratégie, en s'inspirant des indications du programme et en s'appuyant sur le décompte des forces aux prises, forces intérieures (nationales) et internationales, détermine la voie générale, la direction générale que le mouvement révolutionnaire du prolétariat doit suivre pour obtenir les meilleurs résultats, étant donné le rapport des forces tel qu'il se dessine et qu'il évolue. Elle trace en conséquence un schéma de la répartition des forces du prolétariat et de ses alliés sur le front social (dispositif général). Ne pas confondre « le tracé d'un schéma de la répartition des forces » avec le travail (concret et pratique) de répartition, de distribution des forces, effectué par la stratégie et la tactique réunies. Cela ne signifie pas que la stratégie se borne à déterminer la route à suivre et à tracer le schéma de la répartition des forces combattantes dans le camp du prolétariat ; au contraire, elle dirige le combat et rectifie la tactique courante pour toute la période où s'opère un tournant, en mettant judicieusement en œuvre les réserves dont elle dispose et en manœuvrant pour appuyer la tactique.

5) La tactique, en s'inspirant des indications de la stratégie et de l'expérience du mouvement révolutionnaire tant dans le pays considéré que dans les pays voisins, en tenant compte à tout moment de l'état des forces à la fois dans le camp de l'adversaire et du côté du prolétariat et de ses alliés (plus ou moins haut degré de culture, d'organisation, de conscience, existence de telles ou telles traditions, telles ou telles formes de mouvement et d'organisation, fondamentales et subsidiaires), en mettant à profit tout ce qui peut clocher dans le camp de l'adversaire et tout désordre qui peut s'y produire, trace les voies concrètes qui permettront de gagner les larges masses au prolétariat révolutionnaire et de les amener aux positions de combat sur le front social (en application du schéma de la répartition des forces qui a été établi conformément au plan stratégique) et qui prépareront de la manière la plus sûre le succès de la stratégie. Elle formule ou modifie en conséquence les mots d'ordre et les directives du Parti.

6) La stratégie change au moment des tournants, des revirements historiques; elle embrasse la période allant d'un tournant (d'un revirement) à un autre ; c'est pourquoi elle dirige le mouvement vers un objectif général qui englobe les intérêts du prolétariat pour toute la période considérée ; elle vise à gagner la guerre des classes qui remplit toute cette période ; aussi reste-t-elle invariable pendant cette période. La tactique, en revanche, est déterminée par les flux et les reflux qui résultent du tournant considéré, de la période stratégique considérée ; par le rapport des forces aux prises; par les formes de la lutte (du mouvement) ; par le rythme du mouvement ; par l'aspect du champ de bataille à chaque instant, dans chaque secteur ; et comme ces facteurs changent avec le lieu et le temps au cours de la période qui s'étend d'un tournant à l'autre, la tactique, qui englobe non pas toute la guerre, mais seulement ses batailles isolées, d'où résulte le gain ou la perte de la guerre, change (peut changer) plusieurs fois au cours de la période stratégique. Cette dernière est plus longue que la période tactique. La tactique est subordonnée à la stratégie. D'une façon générale, les succès tactiques, préparent ceux de la stratégie. La tactique a pour mission de conduire la masse au combat, de formuler les mots d'ordre et d'amener les masses sur les positions nouvelles de telle manière que la lutte aboutisse à ce que l'on gagne la guerre, c'est-à-dire au succès stratégique. Mais il est des circonstances où le succès tactique compromet ou éloigne le succès stratégique, auxquels cas on doit négliger les succès tactiques. La suite

http://www.communisme-bolchevisme.net/download/Staline_La_strategie_et_la_tactique_politiques.pdf