Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
                                       La Voie de la Liberté

La Voie de la Liberté

Organe Central du Parti Communiste Prolétarien de Côte d'Ivoire

Bénin: On ne peut choisir entre la peste et le choléra !



Le Dimanche 20 Mars 2016, les électeurs du Bénin sont invités à choisir celui qui sera le mieux placé pour les exploiter, les piller, les arriérer et les opprimer.
Deux candidats sont en lice :

Le Premier, Lionel ZINSOU DERLIN, Représentant résident de l’impérialisme français et de la recolonisation. C’est la Peste.

Le deuxième, Patrice TALON, valet de l’impérialisme français, compradore et partisan du statut quo néocolonialiste. C’est le choléra.

On peut donc constater qu’il s’agit d’une opposition entre le candidat de la colonisation directe (Direct Rule) et le candidat de la néo colonisation (Indirect Rule).

Tous les deux sont d’avis que les anciennes méthodes de propagande (changement, refondation, rupture etc…) et de directions issues de la Conférence Nationale, ont fait faillite et que le pays est déliquescent; Ils s’accordent à dire qu’il y a urgence à éviter l’éveil politique des masses laborieuses qui signifierait leur licenciement. Mais ils n’ont pu s’accorder sur les voies et moyens pour continuer de piller le peuple en toute impunité..

Le colonisateur français a dépêché un de ses meilleurs cadres pour gouverner le pays. Sa mission est de conjurer le risque d’une révolution appelée par la faillite politique économique, sociale et morale engendrée par ses valets locaux dont les derniers en date sont Thomas Yayi Boni et Patrice Talon. Mais cette politique nécessite la mise à l’écart des valets les plus discrédités aux yeux du peuple.

Le valet Patrice TALON n’y comprend rien et ne pense qu’à sauver ses intérêts et ceux de tous les valets de l’impérialisme se sentant menacés par cette réorganisation. Cette valetaille s’est d’ailleurs alignée à la queue leu leu derrière lui. C’est pour préserver le système pourri dans lequel ils se vautrent et se repaissent qu’ils se coalisent et rentrent en «rébellion» contre leurs maîtres. En entrainant à sa suite des hommes comme Sébastien AJAVON (un compradore), Abdoulaye Bio TCHANE, KOUKPAKI et autres Politico-bureaucrates, qui sont tous comptables de la politique de destruction du pays , en y adjoignant la couche supérieure et opportuniste de la petite-bourgeoisie (P"c"B, et autres partisans des Etats généraux ou d’ Alédjo II ), Patrice Talon confirme qu’il est demeuré fidèle à la politique de pillage organisée avec Yayi Boni. C’est donc la "rébellion" des valets de l’impérialisme" qu’il baptise «RUPTURE». Or ce groupe ne peut se détacher durablement de l’impérialisme sans disparaître. Il ne peut constituer une opposition irréconciliable avec l’impérialisme.

L’histoire des peuples opprimés en général et singulièrement celle des peuples du Bénin a démontré que sans renversement brutal de l’impérialisme et de ses valets locaux, aucune indépendance véritable ni aucun développement ne peut se produire.
Les querelles intestines entre l’impérialisme français et ses valets locaux (qui peuvent aller jusqu’à l’assassinat des uns ou des autres et même à des coups d’Etat ou à des guerres civiles réactionnaires) sont des contradictions secondaires et ne sont motivées que par leurs intérêts personnels et égoïstes.

C’est donc une duperie incommensurable, que de croire ou de faire accroire que l’on peut s’appuyer sur l’un pour s’opposer à l’autre. C’est un opportunisme illimité que d’affirmer qu’il faut soutenir dans un premier temps le valet local Patrice Talon contre son maître impérialiste Français pour, dans un second temps, se retourner contre lui. C’est livrer les masses, pieds et poing liés, à la vindicte de l’impérialisme et de ses valets en échange de quelques postes dans l’appareil d’état colonial ou néocolonial. C’est poignarder le peuple dans le dos.

Les peuples du Bénin ne doivent jamais oublier que :

- "la caractéristique fondamentale et la source première de notre arriération est la domination étrangère".

- «La contradiction principale est celle qui oppose le peuple béninois, dans son ensemble, à l’impérialisme français et à ses valets locaux». Et Patrice Talon fait partie de ces valets locaux !

Le Parti Communiste Marxiste-Léniniste du Bénin (PCMLB), digne continuateur des luttes révolutionnaires de notre pays, ne saurait laisser le peuple travailleur en pâture à l’impérialisme français et à ses valets locaux qui ne lui veulent que du mal. C’est pourquoi, il lui lance un appel vibrant à se détourner de ces démagogues affameurs, à se rassembler en vue de préparer la Révolution Nationale, Démocratique et Populaire (R.N.D.P), seule voie qui l’amènera à l’indépendance véritable et au développement.

NI ZINSOU ! NI TALON !

NI LA PESTE ! NI LE CHOLERA !

UNE SEULE SOLUTION : LA REVOLUTION !

Cotonou le 17/03/2016

Pour Le Bureau Politique du PCMLB

Le Premier Secrétaire

Magloire YANSUNNU